Lamine Fathi: The undefathigable |EN FR|

Hassen Guedioura
26.07.17
164 Views

Hey Lamine! We’ve been following your adventures on social media and we’ve noticed you shoot your sessions in 360 degree footage. Can you tell us more about this?

Yes, indeed. It’s a brand new product that arrived in the market not long ago. I was crazy about it from the first time I took a picture. I discovered a different way to shoot which was extraordinary and completely new in extreme sport. With this virtual reality effect, what is genius is that people are able to feel like they are riding with me.

 

Do you have time to enjoy yourself when you’re suspended in the air or do you have to stay focused?

There are different levels. In the first few seconds you can feel the sensation that you are flying in the air. It’s magical but doesn’t last. You have to keep concentration to maintain control and balance and avoid wiping out. It’s very quick.

 

In light of your travels, where did you feel most comfortable riding, and where was your worst experience?

I remember precisely, it was in Seoul, South Korea for the X Games Asia. I was suffering from a toothache yet I felt really comfortable on the ramp, it was strange. Where I had the most difficulty was the X Games in Philadelphia. I miscalculated the size of the ramp which caused me many problems.

 

You have already been riding in Maghreb countries, in your country of origin Algeria. How was this experience?

I had the chance to be the Ambassador of Fise in Algiers. Riding there was a unique a unique experience. Firstly because it’s the country of my grandmother and my mother and my grand-mother used to take me out riding when I was young. So coming back to Algeria years later, watching Algerian riders enjoying riding the ramp and the street vibe, giving a demo at the particular place that reminded me of my childhood was a huge deal. Those were magical moments.

 

Injury is part of the job when you play sports at a professional level. What was your most dramatic fall?

Oh. Unfortunately I’m part of the few riders that have sustained crucial injuries. The worst of all was in Agon-Coutinville, Normandy. I tried to perform a « flat spin » rotation, but I fell on the bar and landed badly.

 

Have you ever had to drop out of a competition?

Yes, it happened twice in my career. First time was in Baltimore at the ASA Pro Tour. I was training when I accidentally cut my hand so I had to bow out. Second time was in LA at the X Games where I hit my back. I jumped and fell badly just five minutes before the competition began. I was in bad shape to ride.

 

What competition did you enjoy the most?

Tricky question because I had so much fun in each and every one of my competitions and demos. Every opportunity to ride is unique so every moment is a pleasure.

 

Do you think somehow technology has improved your performances?

Definitely! Our equipment has become more sophisticated throughout the years. Roller skates, wheels, bearings, and new infrastructures have helped produce more and more beautiful competitions, each one crazier than the next.

 

Would you say it’s easier to ride now than twenty years ago?

I would agree, yes. First of all it’s easier because there are a lot more skate parks and especially at a time when new extreme sports were trending…

 

What’s your workout routine? Do you practice other sports?

I wake up very late, to be honest, because every rider needs to have a lot of rest. I go for a ride for 3 to 4 hours and I end the day with a quiet stroll in the streets of Paris to relax the legs.

 

Making a living out of out of your passion has never been easy in this discipline. What was your family’s reaction to your career choice and in hindsight what are the benefits of your sport?

My family has always supported me, even when I was little, my mother used to let me ride outside and take me to the La Defense skating club. She never tried to stop me from riding, she has always shown support. The benefits? So many good things! My sport has taken me everywhere around the world. Today I have friends everywhere. It’s extraordinary, it’s really unique to be able to live out your passion, to learn about other cultures. It’s magical.

 

What kind of future would you like to see for your sport?

All I hope is that there will be more riders riding and for them to be lucky enough to live what I’m living alongside fellow riders. I would also like to see more competitions on TV and one day at the Olympic Games. That would be a big dream come true.

 

We know how much you love to take up new challenges like the world record you’ve held since 2004 or the crazy race in a supermarket against a Twingo car. Are you cooking up something new?

Hahaha, that’s true, I love to push my boundaries, like what we did with Taig Chris when four of us riders crossed on a ramp. That was super cool. For me racing with a car for Top Gear in the supermaket remains one of the best moments I have ever had. To be in a city centre cordoned off to race a car was a top experience. Now I’m working to break a world record. I will attach myself to a car that will reach a speed of 270km/h. I cannot wait to do it! That’s what I like about my sport, it often concocts surprises that every second I spend doing it fills me with joy.

 

We also heard that you were preparing a comedy debut?

Yes, I love to laugh although I am a little timid as a person, it’s a paradox.
I discovered acting in 2000 when I was supposed to be cast for riding a small ramp in a show. At the end of the day, I found myself messing around on stage performing and I loved it. I have to thank Blanca Li, she was the one who introduced me to comedy.

Hello Lamine! On suit tes aventures sur les réseaux et on a remarqué que tu shootais tes sessions en 360°. peux-tu nous en dire plus sur ce concept?

Oui, effectivement c’est un nouveau produit qui est arrivé il n’y a pas très longtemps sur le marché, la première fois que j’ai pris une photo avec j’en suis devenu dingue, j’ai vu une autre façon de faire des photos et vidéos en 360°. Pour moi, cette réalité virtuelle est extraordinaire. C’est complètement nouveau dans le sport extrême, ça procure de nouvelles sensations, comme l’impression de rider ensemble.

 

Quel est-ton feeling lorsque tu es suspendu dans les airs? Tu as le temps de savourer ou tu restes concentré?

Ça se passe en plusieurs étapes : les toutes premières secondes on ressent déjà la sensation de voler dans les airs. C’est magique mais ça ne dure pas longtemps. Il faut se re-concentrer très rapidement, garder une bonne maîtrise et maintenir l’équilibre sinon c’est la gamelle assurée. Ça va très vite!

 

À travers tes voyages, dans quel pays t’es-tu senti le plus à l’aise pour rider et où as tu eu le plus de difficultés?

Je me souviens du jour où j’ai débarqué aux X-Games Asian de Séoul avec une rage de dent. Malgré la douleur, je me suis senti super à l’aise sur la rampe, c’était très étrange…Mais l’endroit où j’ai eu le plus de difficultés, c’était au X-games de Philadelphie en 2001. J’ai mal calculé mon coup, je me suis retrouvé nez à nez avec une rampe immense, tellement immense que j’ai eu du mal à rider.

 

Tu es déjà venu rider dans les pays du Maghreb et notamment dans ton pays d’origine l’Algérie. Comment as tu vécu cette expérience?

Oui, j’ai eu la chance d’être ambassadeur du Fise Alger. Rider à Alger a été pour moi une expérience unique. Tout d’abord parce que c’est le pays de ma grand-mère et de ma mère. Tout petit, ma grand-mèere m’accompagnait sur la place où je venais m’exercer. Y revenir des années plus tard et voir les riders algériens heureux de rider la rampe, sentir l’air de la street ou faire une démo à l’endroit même où je venais quand j’étais enfant c’est énorme, ce sont des moments magiques.

 

La blessure est la crainte de tout sportif de haut niveau. Quelle a été ta chute la plus dure?

Oulala! Je fais malheureusement parti de ces rares riders à avoir eu de grosses blessures. Ma pire chute, celle qui m’a vraiment fait mal a eu lieu pendant une démonstration à Agon-Coutinville en Normandie. J’ai fait ce qu’on appelle un « flat spin », une rotation désaxée, je suis retombé sur la barre et j’ai très mal atterri.

 

As-tu déjà du renoncé à une compétition?

Oui, deux fois malheureusement. La première fois à Baltimore aux USA lors d’une étape ASA Pro Tour. Je me suis ouvert la main à l’entraînement, j’étais contraint de déclarer forfait. La deuxième fois, je me suis blessé aux X-games de Los Angeles en prenant un plat. J’ai sauté puis atterri tout en bas cinq minutes avant le début de la compétition. Impossible de rider.

 

Dans quelle épreuve/compétition as tu pris le plus de plaisir?

Dur comme question, parce que j’ai pris beaucoup de plaisir dans chacune de mes compétitions et démonstrations. C’est tellement un privilège de vivre du roller que chaque moment à roller est un plaisir.

 

Est-ce que la technologie a apporté des améliorations dans vos équipements et dans vos performances?

Oui, c’est beaucoup plus facile aujourd’hui parce que les skates parks sont plus nombreux et les sports extrêmes jouissent d’une plus grande popularité. Le matériel a énormément évolué au cours de ces années, les rollers, les roues, les roulements, le patin etc… et aussi les infra-structures, ce qui donne aujourd’hui de belles compétitions plus folles les unes que les autres.

 

Est-ce plus facile de rider aujourd’hui que 20 ans en arrière?

Oui c’est plus facile aujourd’hui déjà parce qu’il ya beaucoup plus de skates parks et surtout qu’on était dans une époque où les nouveaux sports extrêmes sont à la mode donc oui, plus facile qu’avant c’est sûr.

 

Quel est l’entrainement type d’un rider? Pratiques-tu d’autres sports en dehors?

La journée d’un rider c’est souvent un levé tard parce que le corps a besoin de beaucoup de repos. Je sors rider pendant 3 à 4 heures et en général je finis par une balade tranquille dans Paris pour me détendre les jambes.

 

Vivre de sa passion n’est pas facile pour tous dans cette discipline. Comment ta famille a vécu tes choix de carrière et qu’est ce que ton sport t’a apporté avec le recul?

Ma famille m’a toujours suivi, même petit ma mère me laissait déjà rider en bas de chez moi et au club de La Défense. Elle ne m’a jamais demandé d’arrêter le roller, au contraire, elle m’a toujours soutenu.
Ce que ça m’a apporté? Tellement de bonnes choses! Mon sport m’a fait voyager aux quatre coins du monde. Aujourd’hui jai des amis un peu partout dans le monde, c’est extraordinaire et vraiment unique de vivre de sa passion, d’apprendre des cultures des autres, c’est magique.

 

Quel avenir espères-tu pour ton sport?

Pour l’avenir, je souhaite vraiment qu’il y ait de plus en plus de riders et qu’ils puissent vivre ce que je vis avec d’autres sportifs qui ont cette chance aussi. J’aimerais voir plus de compétitions à la tv et pourquoi pas un jour aux Jeux Olympiques, ce serait un grand rêve.

 

On sait que tu aimes bien relever des défis et tenter des expériences originales comme ton record du monde de 2004 ou encore ta course folle en roller dans un supermarché contre une Twingo! Que nous prépares-tu en ce moment?

Hahaha oui c’est vrai, j’aime bien faire des trucs qui sortent du lot, comme ce record qu’on a fait avec Taig Chris où on s’est croisé sur la rampe à 4 riders, c’était super cool. Pour moi, Top Gear reste un des meilleurs moments que j’ai passé. Faire du roller avec une voiture dans un centre commercial exceptionnellement fermé pour l’occasion c’était le top! Le prochain défi que je prépare est un record du monde. Je vais m’accrocher derrière une voiture pour atteindre la vitesse des 270 km, j’ai hâte de le faire. C’est ce que j’aime dans mon sport, il m’amène souvent là ou je m’y attends pas. C’est tellement ma vie le roller que chaque seconde à rider me rend heureux comme un gamin.

 

On a aussi entendu dire que tu préparais une reconversion dans la comédie?

Oui j’aime plaisanter, j’adore m’amuser et pourtant je suis très timide comme garçon, un paradoxe un peu étrange…
J’ai découvert la comédie en 2000. Initialement, je me suis rendu à un casting pour rider une mini rampe présente dans le spectacle et après je me suis retrouvé sur scène à dire des conneries. Le pire c’est que j’ai adoré ça! Je remercie aujourd’hui Blanca li qui ma fait découvrir la scène.